Les censurés du Nouvelliste

C'est une avalanche de textes divers depuis notre appel à publier les censurés du Nouvelliste. Un échantillon capital de ce qui ne doit pas être publié dans la grande presse.

Le texte ci-dessous nous vient du Conseiller national UDC Oskar Freysinger. Il s'agissait de répondre aux attaques d'un chroniqueur invité. M. Jean Bonnard, le rédacteur en chef, estime sans doute que, lorsqu'on est UDC, parangon du crime-pensée, l'on n'a surtout pas le droit de se défendre. La plus élémentaire objectivité, mâtinée d'un tant soit peu de curiosité journalistique, commande que l'on accorde un droit de réponse à quiconque est pris à partie dans un média. M. Bonnard ignore-t-il donc que la polémique fait vendre ou craindrait-il que la force de la réplique démontât l'ensemble de l'attaque ? Museler l'un des protagonistes pour donner le dernier mot à l'autre n'est rien de plus qu'un pitoyable aveu de faiblesse argumentative, et, a contrario, la meilleure façon de "faire campagne" pour son compte:

Charia

Dans la rubrique « l’invité » du 20 septembre, M. Mariétan me fait le déshonneur de me citer en dénonçant certains de mes propos comme étant « une leçon de morale à la portée des caniches ».

M. Mariétan s’indigne du fait que j’aie osé affirmer dans un article du « Matin » que « notre Constitution doit être au-dessus de la charia ». Il trouve que cette affirmation est bonne pour les caniches. J’en conclus que pour lui, qui se veut le Saint-Bernard de l’ouverture et de la tolérance, la charia doit être considérée au minimum à égalité avec la loi Suisse. Allez, se dit cet homme de bien, que la loi du talion, la polygamie, la ségrégation des sexes, les mariages forcés et autres gâteries, tous dûment consignés dans la charia, soient enfin mis sur un pied d’égalité avec notre loi.

Qu’à travers une telle croisade pour la tolérance, il nourrit la pire des intolérances, peu lui chaut. Ce qui compte, c’est qu’il puisse dire, comme le pharisien de la Bible, que son cœur est pur, que ses intentions sont bonnes et qu’il n’est pas comme « ceux-là », ces crevures de loudeac, qui refusent l’allégresse d’un nouveau monde meilleur.

Les effets de sa politique, M. Mariétan s’en soucie comme de sa dernière chaussette. En bon chrétien, il aime son prochain, un point c’est tout ! Et si son prochain a besoin de la charia pour être heureux, il faut la lui accorder, malgré la souffrance d’autres prochains que cela implique.

Or, si M. Mariétan veut bien mettre sa main à couper pour prouver que la loi islamique a droit de cité en Suisse, moi, je plongerai la mienne dans le cambouis de la realpolitik pour empêcher que ne se développe, chez nous, une double-législation : celle pour la société civile et celle pour les ghettos culturels islamiques. En France et en Grande-Bretagne, cela se pratique déjà dans de nombreuses cités dites « de non-droit ».

M. Mariétan, sa femme, ses éventuelles filles et leurs mains finiront par m’en être reconnaissants.

Oskar Freysinger
conseiller national

LES REACTIONS

Cher Monsieur,

Oskar Freysinger est sans doute le Valaisan qui a le plus souvent la parole dans les médias. Compte tenu de son statut de Conseiller national, c’est normal. Mais, à ce titre, il est aussi naturellement exposé à la critique. Si à chaque fois que son nom apparaît dans un courrier de lecteur ou un billet d’Invités il sollicite un droit de réponse (dont il profite abusivement pour faire sa campagne électorale), le Nouvelliste deviendra sa tribune gratuite la plus efficace. Ce que je refuse.

Où irions nous si les élus avaient tous l’épiderme aussi sensible que vous? Combien de pages devrions nous accorder à Couchepin, Blocher, Leuenberger et autres Poutine pour leur permettre de répondre aux lecteurs qui n’ont pas d’autres tribunes que le courrier de lecteurs pour dire leur désaccord avec ces vedettes des médias?

Vous avez suffisamment la parole dans le Nouvelliste pour que je vous demande d’accepter, comme tous les autres élus le font, d’être critiqué sans risquer de devoir vous redonner la parole. Ce qui ne manquerait pas de susciter de nouvelles critiques qui vous donneraient de nouveau droit à une réplique. Rapidement, le Nouvelliste deviendrait la gazette de Freysinger.
La rubrique l’Invité - vous l’avez expérimenté - est un espace de liberté. Pas un élément déclencheur de campagne électorale.

Je suis sûr que vous comprendrez ma position (enfin pas sûr du tout, vous connaissant...)
Si vous insistez pour répondre à chaque attaque, je vais être obligé de demander aux Invités de ne plus parler de vous. Nous avons quelques règles (moralité, bonnes moeurs etc...) qui limitent la liberté laissée aux Invités. Dois-je y ajouter la règle Freysinger?

Bonne journée

Jean Bonnard
Rédacteur en chef
Le Nouvelliste
Rue de l'Industrie 13
CH 1950 SION

Certains sont plus égaux que d'autres au royaume de M. Bonnard, rancoeur personnelle évidente et, encore, toujours cette peur de servir d'outil de campagne à Oskar Freysinger. De toute évidence, le valet s'est fait chapitré par ses maîtres.

Cher Monsieur!

Votre mauvaise foi est délicieuse, cher M. Bonnard.

En effet, il est bien heureux qu’il y ait d’autres médias plus équitables et objectifs que le NF, sinon je serais déjà enterré depuis longtemps.

Quant à ce que vous appelez ma campagne électorale abusive, je comprends qu’elle vos encombre, occupé que vous êtes à faire celle des élus qui pensent comme vous.

Inutile d’épiloguer.

Bien à vous

Oskar Freysinger

Il est plus que temps de penser à nouvelle presse en Valais. Plus que temps de suspendre à la lanterne les médiarques de province qui nous écrasent de leur suffisance et de leur monopole. Autarcie médiatique !

Bafoluciòn !

 

Bafweb.com ne vit que de vos dons. Une somme, même modeste, par article, nous permet de continuer comme nous le faisons depuis des années.

 

2 réponses à Les censurés du Nouvelliste

  1. Poeme dit :

    Veuillez noter, cher lecteurs que M. Gratzl avait éxigé d’un autre auteur, lui aussi refusé, qu’il mette du Madame lorsqu’il parlait de Micheline, notre brillantissime conseillère fédérale. Visiblement, en lisant Bonnard, on s’aperçoit que les règles changent au NF au gré du vent.

    Être dans le vent, comme le NF, c’est une ambition de feuille morte !

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  2. Lucky dit :

    Ce Môssieur Bonnard, ne l’est pas du tout.
    En plus il est bouché ou il le fait exprès ? Il fait partie de cette frange de populasse qui se tirent dans les pieds et constatent après. Il doit être mazo!
    Un conseil il faut qu’il prenne un rv en ORL et chez l’opticien.
    C’est de nouveau un tirailleur de gauche dépassé. Tellement dépassé que lorsqu’il jette un oeil derrière lui, il y a belle lurette qu’il n’y a plus personne.
    Son « NOUVELLISTE » devrait s’appeler « Le LOOSER ».
    Heureusement qu’il y a dans ce pays des personnalités qui eux, voient CLAIR et net (plus loin que le bout du nez de ce môssieur bonnet d’..âne) et ENTENDENT aussi loin que les radars qui sont censés détecter, AVANT que…
    Ne subissons plus « ces vieilles crôutes » ces pollueurs de la vérité, aux idées eunuque.
    Il faut cesser de vouloir bâilloner les gens qui « osent » le dire et qui sont traités de xénophobes et de racistes, par rapport à ceux qui pensent et se font entub.., sans oser se révolter.
    ATTENTION! Le vers est dans la pomme!

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.