Bébé-mouette: La presse en parle

Le sujet du Matin.

L'édito du Matin.

La dépêche d'AP.

AP en allemand.

11 Responses to Bébé-mouette: La presse en parle

  1. jtm dit :

    il était temps!!

    mais je trouve dommage que la presse se croit obligée de mentionner que le Réd’chef est un ex-JUDC, cela pourrait avoir un effet repoussoir sur les bonnes volontés…

    mais faute de grives…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  2. AR dit :

    Je ne vois pas le problème, j’assume parfaitement. J’étais à l’UDC jeunesse à l’époque parce que c’était la seule structure politique qui me laissait dire l’entier de ce que je pensais sans me brimer. Ce qui n’a pas été le cas d’autres formations politiques, plus consensuelles, que j’ai pu fréquenter.

    De plus, je pense qu’il est excellent que les banquiers de l’UDC (surtout à Berne…cf Mme Zölch-Balmer) se retrouvent mêlés à une thématique un peu plus sociale que leur discours habituel…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  3. DF dit :

    De l’art politique ! Enfin depuis Swiss Swiss Democraty de Thomas Hirschorn on s’ennuyait…

    Est-ce que toutes décisions, comportements, opinions, doit-être, peut-être justifié par un parti politique. Mais stop ne parlons pas politique, car ici n’est pas le sujet. Il est question d’art et plus particulièrement d’art contemporain.

    L’art existe, l’art n’est pas esthétique, l’art n’est pas conformiste, l’art n’est pas simple, l’art n’est pas messager. Qu’est-ce qu’il est alors? Une mise en débat plastique et théorique de tout questionnement fondamental régissant notre société actuel – peut être. Mais pourquoi s’indigner alors contre le fait qu’il soulève certain aspect dérangeant de notre société, pourquoi ne pas en accepter le fait… Aujourd’hui personne ne s’indigne contre les tableaux de Botero mettant en scène les artocités abou ghraib… Trop évident, déjà vécu…

    Mais alors pourquoi avoir parachuté ce bébé mouette chez nous ? L’empilement de graisse de Sun Yuan, baptisé «Colonne de la civilisation », le cheval gonflé de Peng Yu et Yang Maoyuan, et l’étrange mouette de Xiao Yu, qui flotte dans du formol, sont encore plus dérangeants en Chine que chez nous… L’omniprésence de la politique se reflète dans les oeuvres exposées à Berne par des artistes qui ont grandi durant la «révolution culturelle » (1966-1976) ou bien la répression du mouvement de Tiananmen en 1989. L’image de Mao revient comme un leitmotiv, comme dans le «Mao sans titre » de Yu Youhan (1996), qui superpose les portraits du fondateur de la République populaire et de Marilyn Monroe faits par Andy Warhol. Wang Xingwei se livre à un autre détournement de l’histoire à partir d’une célèbre photographie de blessés évacués par triporteur de la place Tiananmen en juin 1989.

    Ceci pour en arriver à une conclusion assez dérangeante… L’art contemporain aujourd’hui soulève de plus en plus des questions d’ordres politiques. Dénonciations, critique, diffamation artistique contre une politique actuelle qui elle répond par des dénonciations, critiques et finit par censurer l’art…

    Enfin censurer une oeuvre dont nous avons payé son droit de regard est parfaitement absurde lorsqu’on a en tête les images gratuites et terribles assaillis par les médias. Occupons-nous de la paix des vivants avant celle des morts et notre société ne pourra qu’en bénéficier. Et l’art contemporain sera que moins politique et la politique actuelle que moins artisitque…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  4. DF dit :

    est-ce pire de dévoiler ca :

    MARADI Au bout de treize jours d’agonie, Aminou, quatre ans et demi, est mort lundi à l’aube. Comme beaucoup d’autres, le petit garçon a été emporté dans d’atroces souffrances par la famine qui ravage le Niger.

    Pendant treize jours il a lutté désespérement contre les oedèmes purulents qui ravagaient son corps. Aminou pesait 11,2 kg lorsqu’il est arrivé le 20 juillet dans un état déjà désespéré de malnutrition au centre de renutrition intensive (CRENI) de Médecins sans frontières (MSF) de Maradi, dans le sud du Niger, où des centaines de milliers d’enfants sont actuellement menacés par la famine. Aminou souffrait d’une des formes les plus sévères de malnutrition aiguë, appelée dermatose de kwashiorkor, un dérèglement métabolique souvent fatal qui donne aux enfants une apparence bouffie trompeuse, due en réalité aux oedèmes.

    que le bébé mouette ????

    Mais réfléchissez le but de ce texte et cette oeuvre et le meme €¦. Pourquoi la plainte ?? une logique absurde nourrit par un sentiment d’inconpréhension ?

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  5. Webmestre dit :

    Vous avez mille fois raison. Je ne comprends pas que l’on coupe la tête d’un gamin pour la coller sur une mouette morte. Ca m’échappe… expliquez-moi!

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  6. DF dit :

    heu … t’as pas bien compris mais je critiquais ouvertement votre manière un temps soit peu dictatorial d’entrevoir la culture… Pour votre information, le fait qu’il s’agisse d’un vrai foetus est très très peu probable…
    Avez vous des appuis scientifiques ?? avant de parachuter une plainte… Il me semble que la manière UDC, c’est à dire ultra rapide, sans trop de réflexion, prise de position sous menace et sans compromis ni appuis continue de nous amuser…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  7. webmestre dit :

    Ce n’est pas à nous d’avoir des appuis scientifiques, c’est au musée. Ce n’est pas nous qui exposons cette oeuvre.

    Ce que je trouve dictatorial c’est que, lorsque un citoyen lambda pose une question légitime: 1. On refuse de lui répondre 2. On lui répond que ce n’est pas un/son problème. Le mandarinisme des professionnels de la culture est aussi une forme de dictature à nos yeux.

    Si vous aviez vu cette oeuvre de près, vous ne diriez pas si facilement que « le fait qu’il s’agisse d’un vrai foetus est très très peu probable €¦ ».

    Si vous aviez écouté nos différentes interviews sur ce sujet, vous ne parachuteriez pas des commentaires ultra-rapides, sans trop de réflexion, à la manière UDC pour reprendre vos propres termes.

    Cela dit, pour vous répondre, nous supposons que le dépôt de la plainte permettra de statuer sur ce qu’il y a dans le bocal, le musée ne nous autorisant pas à faire expertiser le contenu dudit bocal par nos propres soins (encore faudrait-il en avoir les moyens, nous ne sommes pas subventionné par le Crédit Suisse ou vice-président de Ringier… et on ne le regrette pas!)

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  8. DF dit :

    Très bien, soit-il…

    Par contre, dite-moi, très sincèrement : cette oeuvre (ou appelez-le comme vous le voulez) ne soulève-t-elle pas un réelle questionnement sur une chine pauvrement moderne, renfermée et semie-ouverte, transpirant un certain mal être en changement ? S’il s’agit d’un vrai foetus, temps mieux !! Ce n’est pas tellement à nous d’être choqué, mais plutôt aux chinois, cette oeuvre, leur appartatient, les traduise d’une certaine manière ? Pourquoi alors s’en offusquer ??

    Croyez-vous vraiement que l’artiste s’est amusé dans une sorte de délire de franche rigolade à créer ce speudo monstre humain ? N’était-il pas plutôt trahis, déchiré par une nation qui ne peut le comprendre mais dont il ne comprend aussi guère les rouages ??

    Les artistes contemporains chinois ne sont ni riches, ni de droites, ils ne sont pas n’ont plus à se pavaner « parmis » aux vernissages branchés de schangai… Que croyez-vous et pourquoi cette oeuvre vous choque-t-elle ?

    Ne serait-ce pas plutot le gouvernement chinois à attaquer, la recherche chinoise plus que douteuse, ainsi que sa medecine ? Vous ne voyez que le terme, la surface, (pour que vous compreniez : le somment de l’iceberg). C’est une réflexion bien plus profonde que je vous demande d’établir et non une plainte en demie-teinte non fondée et étudiée (pour le comble aux noms des suisses !???!!!) Pas du mien en tout cas. ET JE RECOMMANDE CETTE EXPOSITION A TOUS LES HABITANTS DE LA SUISSE.

    Je respecte toute opinion lorsqu’elle est fondée sur une éthique juste. L’oeuvre la détourne pour mieux la respecter, vous vous manquez simplement de respect pour mieux détourner l’oeuvre de son vrai sens…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  9. mike dit :

    il serait plus efficace pour le baf, tellement sensible à la misère humaine, de faire un don du montant des couts de la plainte à l’unicef ou à terre des hommes, mais ça ferait moins de pub pour le blog ….

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  10. webmestre dit :

    Nous tenons à préciser que nulle part l’adresse du blog n’a été mentionnée. Que le blog nous coûte plus qu’il ne nous rapporte. Que nous faisons des dons à des associations de bienfaisance mais qu’aucune d’entre elles ne s’est interposée pour répondre à la violence faite au foetus du musée.

    Que ce serait une bonne idée à proposer au musée ou à M. Uli Sigg de verser une part du sucre qu’ils se font pour les enfants de Chine.

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.
  11. mike dit :

    désolé pour moi de vous faire plaisir, mais la preuve que la pub pour le blog a marché (peut être pas autant que vous ne le souhaitiez), c’est que je vous ai trouvé aujourd’hui grâce au matin…

     
    Les auteurs sont seuls responsables de leur commentaire. L'éditeur décline toute responsabilité en cas de commentaire abusif. Tout abus doit être signalé ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *