La Turquie sape sa propre propagande en profanant l’église arménienne

La semaine dernière, le gouvernement turc a effectué son exercice très racoleur, et finalement raté, de relations publiques, pour la réouverture de l’Église de la Sainte-Croix sur l’île d’Akhtamar. C’était un cas classique de comment ne pas exécuter une campagne de propagande.

4) Étiqueter de “modérés? les Arméniens invités par Ankara à Akhtamar, dans le but de miner leur crédibilité et leur standing dans la communauté arménienne.

5) Obliger le Patriarche Arménien de Constantinople à assister à la cérémonie sans l’autoriser à dire ne serait-ce qu’une prière.

6) Inviter les dignitaires de l’Église Arménienne à la réouverture d’une église Arménienne consacrée, et leur annoncer ensuite que ce serait un musée et non une église, qu’il n’y aurait pas de cérémonie religieuse, pas de croix sur le dôme de l’église et aucune affiliation avec le Patriarcat Arménien. Il n’est donc pas étonnant que pas un seul dignitaire de l’Église Arménienne, tant d’Arménie que de la diaspora, ne soit venu à la cérémonie, à l’exception du Patriarche.

7) Inviter des officiels Arméniens de haut rang, mais ne pas les autoriser à passer la frontière, les forçant ainsi à faire 15 heures de route pour arriver au Lac de Van via la Géorgie, au lieu des 4 heures que cela aurait pris, directement d’Arménie. ->

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *